Cyclisme : L’Ariégeoise 2016

Découvrez l’Ariège en vélo!
Toutes les infos sur la cyclo-sportive “L’Ariégeoise” sur le Site Officiel : cyclosport-ariegeoise.com

“L’Ariégeoise est un joyau de l’Ariège”

Cyclisme – Cyclosportive. Elle aura lieu le 25 juin entre Tarascon-sur-Ariège, les Cabannes et le Plateau de Beille.

22 ans et un nouveau départ. L’Ariégeoise évolue. À tous les niveaux.
Jean-Claude Eychenne, l’emblématique créateur de la cyclosportive, avait le sourire : «L’épreuve est sur de bons rails. On a toujours regardé devant, on voulait dépoussiérer la cyclosportive.»

IMG_9602

Le col de Pailhères

Juste à côté, Patrice Vidal, le nouveau président de l’association. «C’est un grand honneur pour moi de succéder à Jean-Claude. Il a su, année après année, surmonter, toutes les difficultés de l’organisation et affiner tous les points de détail. Il a toujours eu les bonnes idées pour que L’Ariégeoise fasse partie des plus belles cyclosportives françaises et européennes.»
Que de chemin parcouru. En 1995, ils étaient 455 à se masser sur la ligne de départ. L’an dernier, le chiffre atteignait 4 568. Et, pour sa première année comme «chef d’orchestre», Patrice Vidal espère séduire 5 000 amateurs. Il y a quelques jours, la moitié était déjà atteinte.
Et, comme toujours, déjà plus de 15 nationalités étaient représentées (plus de 260 Espagnols, une cinquantaine de Britanniques, des Hollandais…). Il faut dire que le «menu» 2016 est alléchant, très alléchant.
Si on ne change pas une formule qui gagne (L’Ariégeoise, La Moutagnole, La Passéjade ; voir par ailleurs), on peut encore l’améliorer. «Il est des coutumes qu’il est plus honorable d’enfreindre que de suivre.» La plaquette de présentation emprunte à William Shakespeare une formule qui lui va comme un gant. «On voulait absolument passer au col de Pailhères cette année, explique Patrice Vidal. On s’est vite rendu compte qu’il y avait trop de distance ou de dénivelé si on arrivait en haut de Beille. D’ou cette idée de lancer L’Ariégeoise XXL.» Si la ville de départ reste Tarascon-sur-Ariège, les organisateurs ont recentré toute l’organisation d’arrivée aux Cabannes, au pied du Plateau de Beille. Les 750 bénévoles sont dans les starting-blocks. Comme les partenaires de l’épreuve. «L’Ariégeoise, c’est la plénitude du marketing, on s’y retrouve pleinement» explique Franck Stival qui accueillait, en grande pompe, la présentation de l’épreuve dans ses locaux de la concession Skoda à Pamiers. Conviés, Kamedl Chibli (vice-président du conseil régional chargé des sports) et Henri Nayrou (président du conseil départemental) utilisaient la même formule : «L’Ariégeoise est un joyau pour l’Ariège.» L’an dernier, l’épreuve a généré 5 000 logements marchands. «L’Ariégeoise est un outil de développement économique pour notre département» conclu Patrice Vidal. Même avec un nouveau président, L’Ariégeoise reste une valeur sûre du sport ariégeois.

Dans les rayons

Parrain 2016? Le suspense se poursuit. Chaque année, les organisateurs essayent de séduire une «personnalité» sportive pour venir parrainer la cyclo-sportive ariégeoise. Plusieurs contacts ont été noués mais il va falloir attendre encore un peu pour découvrir son identité.

La Dépêche du Midi du 13/04/2016
Intégralité de l’ article

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.